Actualités

Opéra, l'envers du décor

Par admin clg-lpasteur-montbard, publié le jeudi 28 novembre 2019 13:20 - Mis à jour le jeudi 28 novembre 2019 13:20

Les élèves de 3A bénéficient cette année, d'un riche programme de découverte de l'opéra. Une occasion exceptionnelle pour pénétrer un nouveau monde, en percevoir les rouages et rencontrer les acteurs.

Le projet pluridisciplinaire est porté par Mesdames Boussin, Dumanet, Hamed et  Mailfert , en français, arts plastiques et anglais.

Le 14 octobre, nous avons visité  l'Opéra. Pour nous tous, c'était la première fois. 

Accueillis à l'entrée des artistes, rue de Verdun, par Guillaume Labois, médiateur culturel, nous avons visité le bâtiment : le hall d'accueil, la salle de concert elle-même, mais aussi les loges des artistes, les coulisses et nous nous sommes même faufilés sous la scène. Le luxe des matériaux, l'élégance des volumes, l'acoustique exceptionnelle de la salle et le confort des sièges  nous ont impressionnés.

L'auditorium de Dijon a été inauguré en 1998. Sa construction a débuté en 1995. Sa forme triangulaire a pour but de rappeler la forme d'un piano à queue. on peut d'ailleurs voir plusieurs rappels de cette forme à l'intérieur du bâtiment notamment les poignées de portes, sur les murs, etc. L'autre particularité du bâtiment est le grand trou ovale dans la structure qui sert de puits de lumière pour illuminer l'intérieur de l'espace accueil de l'auditorium mais qui a aussi pour fonction de laisser passer la lumière sur la route qui passe en dessous.

Pour accéder à la salle de spectacle, il faut passer par deux espaces entièrement noirs. Le premier assez grand nous permet d'accéder à un sas qui s'ouvre, quand à lui, sur la salle de spectacle. Ce système a pour but d'étouffer les bruits extérieurs pour garantir une prestation sans bruits parasites.

La salle de spectacle contient au total 1611 places divisées en trois parties : le parterre, le premier balcon et le deuxième balcon. 
La salle entière est le travail d'un jeu sur son acoustique. Tout est prévu pour que les spectateurs entendent parfaitement. Les gros blocs présents au plafond servent à renvoyer le son vers le bas pour qu'il ne s'échappe pas vers le haut. Les sièges sont conçus pour garder la même acoustique avec ou sans spectateurs : ainsi les artistes peuvent répéter dans de bonnes conditions. Enfin la salle est composée d'angles cassés pour éviter que le son ne s'échappe par un côté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les endroits interdits au public sont tout aussi impressionnants. !
La scène est l'un de mes endroits préférés car elle est pleine de surprises. Si les spectateurs ne voient qu'une ouverture de 18m de large sur 12m de haut, le plafond fait en réalité 27m de hauteur. C'est là que les décors sont rangés. Le régisseur les fait descendre grâce à de gros câbles que l'on appelle des guindes. 

Ensuite les loges ; il y en a de plusieurs tailles selon le nombre d'artistes. Sur les miroirs, il y a de grosses lumières. Elles servent à visualiser comment le maquillage des artistes va rendre sur la scène avec tous les éclairages. une télévision est également présente pour que les artistes dans les loges puissent suivre l'avancée du spectacle. Un micro permet au régisseur  d'appeler les artistes quand ils vont bientôt entrer en scène afin qu'ils rejoignent les coulisses.

Derrière la scène, un endroit sert à ranger et réparer les costumes. le quai de chargement est également très impressionnant : c'est là que les camions déposent matériel, décors et costumes. les portes mesurent 8m de haut. Les costumes et les décors sont construits dans un autre bâtiment que nous visiterons le 17 février 2020.

Le sous-sol est la partie a plus mystérieuse. Très sombre, cette partie sert à faire disparaître ou apparaître des personnages, la scène étant constituée de trappes pour créer des espaces vides.
Cette visite m'a permis de découvrir le fonctionnement d'un opéra. Je n'imaginais pas qu'il y avait tant de paramètres pris en compte dans l'architecture d'un tel bâtiment.

Myriam
 

Nous avons ensuite rencontré au foyer deux actrices de l’administration de cette grande maison qui nous ont parlé de leur métier, l'une au service Développement commercial et marketing, l'autre en Information & Communication.
C'était une demande de nos professeurs, car nous travaillons  à découvrir les métiers au service du spectacle vivant.

La directrice de production s'occupe de la prise de contact avec les artistes et discute avec eux des conditions financières de leur participation, leur hébergement, le planning des répétitions. Pour un opéra, il faut prévoir six semaines de résidence pour l'ensemble des artistes.
A savoir 30 personnes pour le chœur, 40 à 60 musiciens, plus les chanteurs solistes, les figurants, les danseurs, le maître d’œuvre.

Mais ces artistes ne répètent pas tous ensemble tout le temps. Il faut donc prévoir l'organisation des temps de répétition. C'est le service production qui s'occupe de trouver les lieux de répétition de chacun des participants.
C'est aussi le service production qui va établir les contrats juridiques, s'occuper de la logistique et de l'accueil des artistes : trouver les chambres d'hôtel ou louer les appartements, organiser les déplacements des artistes et même apporter une aide ponctuelle pour résoudre les petits problèmes personnels de chacun afin que les artistes puissent se consacrer entièrement à leur art.

La directrice de production de l'opéra de Dijon a suivi des études de musicologie puis obtenu un Master en administration et gestion de la musique.

Le service communication  fonctionne avec trois personnes. Une personne est plus particulièrement chargée du “print”, tout ce qui est documentation papier, affiches, livrets...,  s'occupe donc de la communication online. Elle est assistée d'un community manager.
Le travail principal comprend les relations avec la presse et les médias au niveau régional et local : organiser l'interview des artistes à la radio et à la télévision, accueillir les critiques, assurer une revue de presse.

La promotion nationale et internationale est assurée par une agence parisienne.

C'est grâce au travail d'équipe entre l’administration et les techniciens que près de 100 spectacles sont donnés chaque année à Dijon.

La communication au sein de l'équipe se fait de façon pyramidale avec la direction grâce à une réunion hebdomadaire de coordination. C'est que, uniquement pour les services administratifs et techniques, ce sont plus de cinquante personnes qui travaillent qui doivent coordonner leurs efforts.